Voyage et itinéraire médical dans les nouvelles approches pathologiques et thérapeutiques

autisme, maladies autoimmunes et infections froides docteur bransten

autisme, maladies autoimmunes et infections froides

9 janvier 2012 janvier 2012

AUTISME : la piste microbienne

par Luc Montagnier, M.D.* et le Groupe CHRONIMED

Les autorités sanitaires de beaucoup de pays se préoccupent -à juste titre -de l’accroissement important
du nombre d’enfants atteints d’un syndrome neuropsychiatrique particulier, l’autisme. Ainsi, on estime à plus de

150.000 le nombre d’enfants actuellement atteints par ce syndrome en France, une véritable épidémie !
Le gouvernement français en a pris conscience en faisant cette année de l’autisme une grande cause
nationale, à la satisfaction de nombreuses associations de parents.

Si les aspects socio-psychologiques de ce syndrome complexe doivent être traités en tant que tels, nous,
chercheurs et médecins, pensons qu’il faut aller plus loin en recherchant ses causes organiques, et en dériver une
politique à la fois de traitement et de prévention.

L’accroissement observé ne peut provenir des facteurs génétiques de prédisposition, facteurs réels mais
qui n’ont pas changé dans les différentes populations touchées en moins d’une génération. Par contre, il nous
faut considérer les facteurs d’environnement qui, eux, ont changé considérablement notre biosphère : nutrition
du nourrisson, pollution atmosphérique et pesticides, exposition accrue aux radiations électromagnétiques de
toutes fréquences liées à la globalisation des communications humaines, évolution de la flore microbienne qui
nous entoure.

Notre groupe de chercheurs et médecins s’est constitué en une structure d’étude des maladies chroniques,
Chronimed. Nous voulons apporter ici des observations récentes qui peuvent conduire à de nouvelles approches
thérapeutiques et préventives. Ces observations sont de deux ordres : biologiques et cliniques.

Il existe dans le sang de la plupart des enfants autistes -mais pas chez les enfants non atteints -des
séquences d’ADN émettant spécifiquement dans certaines conditions des ondes électromagnétiques. L’analyse
par les techniques de biologie moléculaire à notre disposition nous permet de les identifier comme provenant
d’espèces bactériennes connues. Cette corrélation, établie maintenant sur plus d’une centaine d’enfants d’origine
européenne, ne prouve pas naturellement une relation de causalité. Cependant, une approche thérapeutique,
d’abord commencée indépendamment par un groupe de cliniciens puis maintenant effectuée en conjonction
avec les observations de laboratoire, renforce l’idée que des infections bactériennes systémiques jouent un rôle
dans la genèse des symptômes d’autisme.

Nos médecins généralistes ont en effet observé qu’un traitement de longue durée, constitué par des cures
de combinaison d’antibiotiques connus, induisait dans 60 % des cas une amélioration considérable, parfois
même une disparition complète des symptômes, l’enfant pouvant mener une vie familiale et scolaire normale.
Ces traitements entrainaient conjointement la disparition des signaux électromagnétiques du plasma liés à de
l’ADN bactérien.

Notre hypothèse de travail est qu’un dysfonctionnement immunitaire, associé à une souffrance
inflammatoire de la muqueuse intestinale, entraine un passage de constituants bactériens, dont des neurotoxines,
dans la circulation sanguine, créant notamment un stress oxydatif ainsi que des microvascularites, en particulier
au niveau des vaisseaux méningés, et finalement une atteinte neuronale.

Naturellement, bien des recherches sont encore nécessaires pour consolider cette hypothèse, mais notre
but est ici de porter dès à présent à la connaissance du monde médical et des parents, des possibilités
immédiates de traitement qui peuvent améliorer ou guérir plus de la moitié des enfants autistes et qui pourront
aussi, dans le futur, s’appliquer à d’autres affections chroniques graves de l’enfant et de l’adulte, notamment
rhumatologiques.

* Prix Nobel de Médecine et Physiologie



PREAMBULE:PATHOLOGIES CHRONIQUES

borrelioses - autisme, docteur bransten ,infections chroniques froides

la guerre des tests

 

Le 07/11/2012

Autisme et maladie de lyme
Les borrélioses, sont un ensemble d'infections en rapport avec des contaminations humaines par des spirochetes de grand volume 855 bases en comparaison aux spirochetes de petit volume que sont les syphillis 155 bases ,
leur detection est complexe et les mesures que nous pouvons effectuer sont souvent contreversées

l'implication pathologique des borrélioses et autres infections chroniques intra-cellulaires, est majeure à l'heure actuelle et l'on peut véritablement parler de pandémie envahissante.
Le rôle de ces borrélioses a été decouvert dans un grand nombre de pathologies et en particulier dans les pathologies auto-immunes et l'autisme.

Les borreliose ont été dénombrées au nombre de 30 especes, il existe des genes communs à toutes les spirochetes et les borrélioses .
La presence dans le corps humain de ces anti-gènes , doit faire suspecter une contamination ancienne ou récente par une borréliose, et celà permet d'élaborer  une stratégie thérapeutique fondée sur des données scientifiques et objectives , en particulier en ce qui concerne les TED et l'Autisme , chez les enfants .

Les autres pathologies en rapport avec les contaminations par les Borrélioses sont nombreuses et polymorphes.
Un ensemble de symptômes ont étés décrits , mais en règle générale , seul un praticien bien entrainé au type de diagnostic en cause , pourra aider les patients dans leur périple de guérison.
Nombre de pathologies(Thyroidites auto-immunes, Fibromyalgie, arthrose et pathologies ostéo-articulaires , poly-arthrite , maladie de cronh, syndromes proches des scléroses en plaque et SLA, certaines démences et des troubles de type parkinsonien) peuvent être mises en rapport avec ces contaminations par des infections bacteriennes chroniques, des terrains génétiques particuliers et certaines expositions à des polluants.
L'autisme est une de ces pathologies , et il est déterminant de savoir détecter par des tests fiables la présence même infime d'antigènes ou d'anticorps de Borrélioses et d'autres co-facteurs infectieux.
Le terrain génétique et le statut immunologique sur lesquels ces bactéries develloppent des pathologies humaines , parfois dévastatrices, est le plus souvent caractéritique , voir affaibli.
Les interactions entre ces bactéries et le corps humain sont donc de plusieurs ordres.

Leur prise en charge est  très technique et prolongée, faisant appel à de nombreuses connaissances scientifiques  dans divers domaines de la biochimie, du stress oxydatif, de la physiologie, de l'anatomie, de la sémiologie(étude des symptômes),
de la microbiologie et de la thérapeutique

Dr Bransten

conflit d'interêt de l'expert français en matière de test du lyme

autisme , infrections chroniques borreliose , lyme.

docteur bransten, articles scientifiques , etudes medicales, pathologies chroniques, infections froides borreliose maladocteur bransten, articles scientifiques , etudes medicales, pathologies chroniques, infections froides borreliose maladie de lyme,
rhumatisme exczemas polyarthritedie de lyme,

rhumatisme exczemas polyarthritedocteur bransten, articles scientifiques , etudes medicales, pathologies chroniques, infections froides borreliose maladie de lyme,
rhumatisme exczemas polyarthritedocteur bransten, articles scientifiques , etudes medicales, pathologies chroniques, infections froides borreliose maladie de lyme,
rhumatisme exczemas polyarthrite

Dr Marc Michael Bransten

166 Avenue Henri Barbusse

Drancy 93700

tel 0148950777

 

Association Internationale pour les recherches médicales

c/o Docteur Trihn

6 Avenue Mac Mahon

75017 Paris

sur R.D.V.

Actualités

 

POUR ACCEDER AU INFOS DE NOTRE SITE IL FAUT DISPOSER D'UN PC  éQUIPé DE FLASHPLAYER

 

19 mai 2012

International Meeting for Autism Research

On l'appelle hormone de l'amour, du bien-être ou parfois de la confiance. Et les résultats préliminaires de cette étude à grande échelle menée par la Yale School of Medicine montrent que cette hormone, l’ocytocine, une substance produite naturellement dans le cerveau et dans tout le corps, contribue à améliorer la fonction cérébrale dans les régions clés qui traitent la communication sociale chez les enfants et les adolescents, atteints de troubles du spectre autistique (TSA). Ces conclusions présentées le 19 mai à l’International Meeting for Autism Research ouvrent un espoir de nouveau traitement, en combinaison avec d'autres thérapies, pour les enfants atteints.

Le Pr Kevin Pelphrey, professeur agrégé de psychiatrie pédiatrique et l’étudiant postdoctoral Ilanit Gordon résument leur conclusion: «L’administration d’ocytocine en combinaison avec d’autres interventions cliniques peut aboutir à un traitement plus efficace des déficits de la communication sociale typiques de l'autisme ». Alors que ces déficits de communication sont un des principaux symptômes de l’autisme, il y a peu de traitements efficaces et aucun qui ne cible directement ce dysfonctionnement social de base.

L'ocytocine avait déjà retenu l’attention de chercheurs pour sa capacité à réguler de nombreux aspects du comportement et de la cognition sociale chez les humains, mais, afin d’évaluer précisément son impact sur la fonction cérébrale, Gordon et son équipe ont mené cette étude en double aveugle, contrôlée versus placebo auprès d’enfants et d’adolescents âgés de 7 à 18 ans atteints de TSA.

Les jeunes participants ont reçu une dose unique d’ocytocine par vaporisation nasale puis l’effet du médicament dans le cerveau a été suivi par IRM. Les chercheurs constatent que l'ocytocine parvient à augmenter l’activation des régions cérébrales connues pour traiter l'information sociale. Les chercheurs précisent que ces activations cérébrales étaient liées à différentes tâches impliquant divers modes de traitement de l'information, comme par la vision, l’écoute, et la compréhension de personnes extérieures.

 

Source: Yale University via Eurekalert (AAAS) International Meeting for Autism Research
Oxytocin improves brain function in children with autism