de nombreux patients sont taxés de malades psychiatriques

témoignage au sujet d'une jeune fille de 11ans avec neuro borréliose récente

Téléphone de ses parents: 09 5...

Bonjour Docteur! le 06 04 2013

Je suis un ami de la famille d’une petite fille de 11 ans originaire du Sri-Lanka dont les parents ne sont pas francophones. Elle était traitée par antibiotiques (pénicilline) pendant 3 semaines pour la maladie de Lyme par l’Hôpital Intercommunal de Montfermeil en Janvier 2013. Ils avaient détectés cette maladie par une prise de sang un peu tardivement. Mais au bout de 3 semaines de traitement l’établissement avait renvoyé la patiente chez-elle sans faire un deuxième contrôle de façon plus approfondie pour conclure sa guérison et en lui donnant un nouveau  R.D.V seulement dans un délai de deux mois. Entre temps l’état de santé de cette fille s’est aggravée à tel point que sa main droite et les doigts sont complètement paralysés. Les orteils de sa jambe gauche sont complètement repliés et elle a un trouble de vision malgré sa nouvelle paire de lunettes ordonnée par l’Hôpital Quinze- Vingt à Paris. Elle est déscolarisée. Quand elle est retournée voir le même hôpital, elle a été dirigée vers la pédopsychiatrie. Pour eux, elle a un problème de psychologie fonctionnelle par rapport à son origine ethnique. Moi personnellement, j'estime qu'elle est toujours porteuse de la maladie de Lyme vus les symptômes. Mais je ne suis pas écouté à ce propos. Je souhaiterais de tout cœur votre aide pour qu'il y ait un bon diagnostique et qu'elle soit guérie assez rapidement. Mes remerciements et salutations. C’est très urgent.

 

Dr Marc Michael Bransten

166 Avenue Henri Barbusse

Drancy 93700

tel 0148950777

 

Association Internationale pour les recherches médicales

c/o Docteur Trihn

6 Avenue Mac Mahon

75017 Paris

sur R.D.V.

Actualités

 

POUR ACCEDER AU INFOS DE NOTRE SITE IL FAUT DISPOSER D'UN PC  éQUIPé DE FLASHPLAYER

 

19 mai 2012

International Meeting for Autism Research

On l'appelle hormone de l'amour, du bien-être ou parfois de la confiance. Et les résultats préliminaires de cette étude à grande échelle menée par la Yale School of Medicine montrent que cette hormone, l’ocytocine, une substance produite naturellement dans le cerveau et dans tout le corps, contribue à améliorer la fonction cérébrale dans les régions clés qui traitent la communication sociale chez les enfants et les adolescents, atteints de troubles du spectre autistique (TSA). Ces conclusions présentées le 19 mai à l’International Meeting for Autism Research ouvrent un espoir de nouveau traitement, en combinaison avec d'autres thérapies, pour les enfants atteints.

Le Pr Kevin Pelphrey, professeur agrégé de psychiatrie pédiatrique et l’étudiant postdoctoral Ilanit Gordon résument leur conclusion: «L’administration d’ocytocine en combinaison avec d’autres interventions cliniques peut aboutir à un traitement plus efficace des déficits de la communication sociale typiques de l'autisme ». Alors que ces déficits de communication sont un des principaux symptômes de l’autisme, il y a peu de traitements efficaces et aucun qui ne cible directement ce dysfonctionnement social de base.

L'ocytocine avait déjà retenu l’attention de chercheurs pour sa capacité à réguler de nombreux aspects du comportement et de la cognition sociale chez les humains, mais, afin d’évaluer précisément son impact sur la fonction cérébrale, Gordon et son équipe ont mené cette étude en double aveugle, contrôlée versus placebo auprès d’enfants et d’adolescents âgés de 7 à 18 ans atteints de TSA.

Les jeunes participants ont reçu une dose unique d’ocytocine par vaporisation nasale puis l’effet du médicament dans le cerveau a été suivi par IRM. Les chercheurs constatent que l'ocytocine parvient à augmenter l’activation des régions cérébrales connues pour traiter l'information sociale. Les chercheurs précisent que ces activations cérébrales étaient liées à différentes tâches impliquant divers modes de traitement de l'information, comme par la vision, l’écoute, et la compréhension de personnes extérieures.

 

Source: Yale University via Eurekalert (AAAS) International Meeting for Autism Research
Oxytocin improves brain function in children with autism