probiotiques et omegas trois: effets physiologiques

coup de coeur: on a apprecié l'article qui nous a été transmis, par le labo natvida

l glutamine cicatrisant de porosité digestive

Seule ou associée à d'autres acides aminés, tels que les acides aminés branchés ou l'arginine, elle doit toujours être prise bien en-dehors des repas : au moins une heure avant ou trois heures après

La L-glutamine a été le premier acide aminé utilisé spécifiquement dans le traitement de l’alcoolisme. C’est un précurseur de l’acide gammaaminobutyrique dont la consommation d’alcool prive l’organisme.

 

Des doses de 1 000 à 1 500 mg/jour, en deux ou trois prises, et en dehors des repas, contribuent à l’amélioration de la fatigue et de la dépression communément rencontrées chez les alcooliques, et les aident à se sevrer.

 

La L-glutamine, en tant que précurseur du GABA, est considérée par certains comme un véritable « carburant du cerveau ». Elle est présente dans nombre de préparations à visée psychostimulante et aide à surmonter la fatigue et la dépression (500 mg trois fois par jour, en dehors des repas).

Elle contribue également, comme certains antidépresseurs, à diminuer l’envie et le désir de sucres rapides (à index glycémiques élevés) chez certains sujets boulimiques de type dépressif.

En tant que précurseur des bases puriques et pyrimidiques, donc de la synthèse des protéines et de l’ADN, elle protège l’organisme en général et les fonctions digestives, en particulier, lors des maladies inflammatoires chroniques et des thérapeutiques lourdes telles que chimio- ou radiothérapies. Dans ce cadre et avec d’autres acides aminés tels que l’arginine et/ou l’ornithine ainsi que les vitamines et minéraux antioxydants, elle contribue grandement à la reprise de la masse musculaire et donc du poids après traitement et raccourcit la convalescence.

Associée à l'arginine elle stimule la sécrétion de l'hormone de croissance et peut défatiguer des sujets qui n'ont pas d'autre cause de fatigue qu'un taux chroniquement bas de GH.

 

Boîte de 100 cps dosés à 500 milligrammes

 

A raison de 500 mg deux quatre fois par jour en dehors de repas elle contribue à la cicatrisation des ulcères gastriques.

 

MICROBIOTE: Découverte d’une bactérie intestinale anti-obésité et anti-diabète


Actualité publiée hier le 16/05/2013

PNAS

De cette découverte à un probiotique ou un médicament qui contribue à prévenir l’obésité et ses comorbidités métaboliques, il pourrait n’y avoir qu’un pas. Cette recherche de l’Université de Louvain, publiée dans les actes de l’Académie des Sciences américaines (PNAS) identifie le rôle crucial d’une bactérie intestinale, Akkermansia muciniphila dans le maintien de la barrière muqueuse intestinale et dans la prévention des troubles métaboliques liés à l'obésité. A. muciniphila pourrait ainsi être utilisée pour de nouveaux traitements contre l'obésité et ses troubles métaboliques associés.

 

L'obésité et le diabète de type 2 sont caractérisés par un microbiote intestinal altéré ainsi qu’une inflammation et un dysfonctionnement de la barrière intestinale. Mais les interactions entre la flore intestinale et la barrière intestinale en cas d’obésité et de diabète de type 2 sont encore mal comprises.

Autisme Maladies auto-immunes & Infections froides
docteur bransten ile de france , medecine scientifique, etudes cliques et therapeutiques en double aveugle.
autisme, maladies autoimmunes et infections froides

infections chroniques, maladie de lyme fibromyalgies , borrelioses fatigue chronique, exczemas, polyarthrite, rhumatisme,
nevralgies,parkinson medecine medicaments traitements maladie d'alzheimer, maladies évolutives
maladies et pathologies chroniques maladies infectieuses, maladies parasitaires, stress oxydatif professeur montagnier
prix nobel de médecine ,association autisme ,maladies cardio vasculaires, maladies cardiaques , thyroidites, sarcoidose,
maladie d'hashimoto, maladie de de quervain,maladie de basedow
etudes cliniques et therapeutiques, associations médicales, associations d'autistes, association de malades
humanisme, relation patient medecin excellence medecale et therapeutiques
tremblements , névralgies , cephalées, allergies , réactions allergiques, effets secondaires, antibiotiques,compléments alimentaires équilibres ,compléments vitaminiques, vitamines , traitements antioxydants, test  stress oxydatif, test biologiques, test elisa, test western blott
vaccinations evaluation vaccinale, méteaux lourds detoxifier, detoxify, lyme disease detox process
cellular biology, artemisin,mitochondrial, epa dha, vitamin c natural, pollution , chemical pollution
avancées scientiques nouvelle médecine , traitement de la fatigue chronique, remise en forme et mieux être
 
traitement de l'eczemas ,nevralgies cervicobracciales, cancers de la thyroide, cancer digestif, E.coll ulcere de l'estomac
maladie de crohn traitement de la maladie de chron,flore interstinale, intestinal flora.
chronic lyme disease, chronic cold infection, arthtritis, arthrose, lombalgies nevralgie sciatique , gonalgies
neck pain,sciatica, depression low energy level , booster treament, traitements naturels.head aches, migraines ,
tierdness

Dr Marc Michael Bransten

166 Avenue Henri Barbusse

Drancy 93700

tel 0148950777

 

Association Internationale pour les recherches médicales

c/o Docteur Trihn

6 Avenue Mac Mahon

75017 Paris

sur R.D.V.

Actualités

 

POUR ACCEDER AU INFOS DE NOTRE SITE IL FAUT DISPOSER D'UN PC  éQUIPé DE FLASHPLAYER

 

19 mai 2012

International Meeting for Autism Research

On l'appelle hormone de l'amour, du bien-être ou parfois de la confiance. Et les résultats préliminaires de cette étude à grande échelle menée par la Yale School of Medicine montrent que cette hormone, l’ocytocine, une substance produite naturellement dans le cerveau et dans tout le corps, contribue à améliorer la fonction cérébrale dans les régions clés qui traitent la communication sociale chez les enfants et les adolescents, atteints de troubles du spectre autistique (TSA). Ces conclusions présentées le 19 mai à l’International Meeting for Autism Research ouvrent un espoir de nouveau traitement, en combinaison avec d'autres thérapies, pour les enfants atteints.

Le Pr Kevin Pelphrey, professeur agrégé de psychiatrie pédiatrique et l’étudiant postdoctoral Ilanit Gordon résument leur conclusion: «L’administration d’ocytocine en combinaison avec d’autres interventions cliniques peut aboutir à un traitement plus efficace des déficits de la communication sociale typiques de l'autisme ». Alors que ces déficits de communication sont un des principaux symptômes de l’autisme, il y a peu de traitements efficaces et aucun qui ne cible directement ce dysfonctionnement social de base.

L'ocytocine avait déjà retenu l’attention de chercheurs pour sa capacité à réguler de nombreux aspects du comportement et de la cognition sociale chez les humains, mais, afin d’évaluer précisément son impact sur la fonction cérébrale, Gordon et son équipe ont mené cette étude en double aveugle, contrôlée versus placebo auprès d’enfants et d’adolescents âgés de 7 à 18 ans atteints de TSA.

Les jeunes participants ont reçu une dose unique d’ocytocine par vaporisation nasale puis l’effet du médicament dans le cerveau a été suivi par IRM. Les chercheurs constatent que l'ocytocine parvient à augmenter l’activation des régions cérébrales connues pour traiter l'information sociale. Les chercheurs précisent que ces activations cérébrales étaient liées à différentes tâches impliquant divers modes de traitement de l'information, comme par la vision, l’écoute, et la compréhension de personnes extérieures.

 

Source: Yale University via Eurekalert (AAAS) International Meeting for Autism Research
Oxytocin improves brain function in children with autism